Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée - Histoire

Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée - Histoire

PAPOUASIE NOUVELLE GUINÉE

La Papouasie-Nouvelle-Guinée, monarchie constitutionnelle, reconnaît la reine d'Angleterre comme chef de l'État. Elle est représentée par un gouverneur général qui est élu par le parlement et qui exerce principalement des fonctions d'apparat. La Papouasie-Nouvelle-Guinée a trois niveaux de gouvernement : national, provincial et local. Il existe un parlement monocaméral de 109 membres, dont les membres sont élus tous les 5 ans. Le parlement élit à son tour le Premier ministre, qui nomme son cabinet parmi les membres de son parti ou de sa coalition.
GOUVERNEMENT ACTUEL
Gouverneur généralAtopare, Silas, Monsieur
premier ministreSomar, Michael, Monsieur
Dép. Premier Min.Marat, Allan
Min. pour l'agriculture et l'élevageMaladina, Moïse
Min. pour les informations de communicationSemri, Ben
Min. pour les services correctionnels en établissement (SIC)Orési, Pierre
Min. pour la Culture et le TourismeRoi, Aloïs
Min. pour la DéfenseKappa, Yarka
Min. pour l'éducationLaimo, Michael
Min. pour l'environnement et la conservationZibe, Sasa
Min. pour les finances et la trésoreriePhilémon, Barth
Min. pour la pêcheBaing, André
Min. pour les Affaires étrangères et le CommerceNamaliu, Rabbi, Monsieur
Min. pour la foresteriePruaitch, Patrick
Min. pour la santéDynamisme, Melchior
Min. pour le logementBao, Yuntuví
Min. pour les relations intergouvernementalesTroc, Pierre, Monsieur
Min. pour la sécurité intérieureSilupa, Yawa
Min. pour la justiceMaipakai, marque
Min. pour le travail et les relations industriellesO'Neill, Pierre
Min. pour les terres et l'aménagement du territoireKoopaol, Robert
Min. pour l'exploitation minièreAkoitaï, Sam
Min. pour la planification et le suivi nationauxBrun, Sinaï
Min. pour le pétrole et l'énergieAvei, Moi, Monsieur
Min. pour la fonction publiqueTemu, Puka
Min. pour la science et la technologieMoroï, Alphonse
Min. pour le commerce et l'industrieMarat, Allan
Min. pour les transports et l'aviation civilePolye, enfiler
Min. pour le bien-être et le développement socialKidou, Carole, Dame
Min. pour les travauxKarpis, Gabriel
procureur généralGène, Michael
Gouverneur, Banque centraleKamit, Wilson
Ambassadeur aux États-UnisBogan, Nagora
Représentant permanent auprès de l'ONU, New YorkAisi, Robert


  • Région : Pacifique
  • Population : 8,6 millions (2018)
  • Superficie : 463 000 kilomètres carrés
  • Capitale : Port Moresby
  • A rejoint le Commonwealth : 1975, après l'indépendance de la tutelle de l'ONU administrée par l'Australie
  • Indice de jeunesse du Commonwealth : 32 sur 49 pays

Le Commonwealth a observé des élections en Papouasie-Nouvelle-Guinée en juin et juillet 2017. Après les élections, il a aidé le pays à préparer des stratégies pour rendre les futures élections plus justes, dignes de confiance et inclusives.

L'Initiative des professionnels des élections du Commonwealth a aidé la Papouasie-Nouvelle-Guinée à acquérir des compétences en gestion des élections.

Gestion de la dette

La Papouasie-Nouvelle-Guinée a utilisé le système de gestion de la dette du Secrétariat pour collecter de meilleures données sur sa dette publique.

Ressources naturelles

Le Secrétariat a travaillé avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour gérer les revenus de ses ressources naturelles. Il a aidé le pays à se renseigner sur les lois, les politiques, les contrats et la fiscalité dans ce domaine.

Le Secrétariat a aidé le gouvernement à renforcer ses compétences pour gérer son fonds souverain (un fonds d'investissement public utilisé au profit de l'économie et des citoyens d'un pays).

Il a également aidé le gouvernement à se préparer à négocier avec l'Autorité internationale des fonds marins (ISA).

Programme de connectivité

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est membre des clusters de connectivité physique, numérique, réglementaire et de l'offre du Commonwealth Connectivity Agenda. Le programme de connectivité est une plate-forme permettant aux pays d'échanger les meilleures pratiques et expériences en matière de commerce et d'investissement et d'entreprendre des réformes nationales.


Papouasie Nouvelle Guinée

La Papouasie-Nouvelle-Guinée souffre d'une grave pénurie de ressources humaines pour la santé. Les estimations les plus récentes des densités d'agents de santé reflètent 0,5 médecin pour 10 000 habitants et 5,3 infirmières pour 10 000 habitants (OMS, 2008). Les services de santé en Papouasie-Nouvelle-Guinée sont principalement financés par le gouvernement fédéral.

Le personnel de santé se caractérise par :

  • une main-d'œuvre vieillissante
  • faible nombre de cadres essentiels, tels que les sages-femmes et les agents de santé communautaires
  • une main-d'œuvre démotivée en raison de mauvaises conditions de travail, notamment de bas salaires et de mauvaises infrastructures physiques
  • capacité de formation insuffisante pour produire le nombre d'agents de santé pour répondre aux besoins de la population
  • mauvaise répartition des compétences cliniques et techniques spécialisées, où 30% des professionnels de santé qualifiés occupent des postes administratifs et de gestion.

Les principaux défis pour le développement des RHS comprennent : un niveau élevé de fragmentation dans les relations institutionnelles et fiscales entre les niveaux de gouvernement national, provincial et inférieur et une répartition peu claire des responsabilités pour la prestation de services. La Papouasie-Nouvelle-Guinée a récemment élaboré un nouveau plan national de santé (2011-2020) destiné à relever certains des défis susmentionnés.

Les objectifs clés des RHS dans le plan comprennent :

  • améliorer la prestation de services, notamment en révisant la répartition actuelle des agents de santé, en redistribuant les agents par ensemble de compétences, en augmentant l'éventail des compétences, en introduisant des programmes d'incitation et en assurant la supervision clinique conformément aux normes de santé nationales
  • renforcer les partenariats et la coordination avec les parties prenantes, notamment en introduisant une politique nationale de partenariat public-privé et
  • renforcement des systèmes de santé et de la gouvernance, y compris l'élaboration d'une politique et d'un plan nationaux des RHS, renforcement des capacités des institutions de formation pour réduire les taux d'attrition et fournir des cadres d'agents de santé appropriés, augmenter la production d'agents de santé qualifiés pour répondre aux besoins de la population, notamment en augmentant le nombre d'infirmières et de sages-femmes , et les agents de santé communautaires, en développant et en mettant en œuvre un système d'information sur les RHS et en élaborant des stratégies de recrutement de la main-d'œuvre.

COORDINATION ET FACILITATION DE PAYS (CCF) EN PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE :

Description et recommandations des phases du CCF

Cliquez sur le graphique pour en savoir plus sur les phases du CCF

Les principes et processus de coordination et de facilitation du pays ont été présentés à la PNG grâce à sa participation à une réunion d'orientation, mais en raison des réformes et d'autres problèmes administratifs au sein du ministère de la Santé, le processus du CCF est toujours attendu pour être lancé dans un véritable esprit.


Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée, histoire, population et géographie

Environnement—accords internationaux :
partie à : Traité sur l'Antarctique, Biodiversité, Changement climatique, Espèces menacées, Modification de l'environnement, Déchets dangereux, Droit de la mer, Déversement en mer, Interdiction des essais nucléaires, Protection de la couche d'ozone, Pollution des navires, Bois tropical 83, Bois tropical 94, Zones humides
signé, mais non ratifié : Protocole antarctique-environnement

Géographie&# 151 : partage l'île de Nouvelle-Guinée avec l'Indonésie l'un des plus grands marécages du monde le long de la côte sud-ouest

Population: 4 599 785 (est. juillet 1998)

Pyramide des ages:
0-14 ans : 40 % (hommes 936 206 femmes 888 427)
15-64 ans : 57 % (hommes 1 374 471 femmes 1 263 750)
65 ans et plus : 3 % (hommes 62 593 femmes 74 338) (est. juillet 1998)

Taux de croissance de la population: 2,27 % (est. 1998)

Taux de natalité: 32,37 naissances/1 000 habitants (est. 1998)

Taux de mortalité: 9,65 décès/1 000 habitants (est. 1998)

Taux de migration nette : 0 migrant(s)/1 000 habitants (est. 1998)

Rapport de masculinité :
à la naissance: 1,05 homme(s)/femme
moins de 15 ans : 1,05 homme(s)/femme
15-64 ans : 1,09 homme(s)/femme
65 ans et plus : 0,84 homme(s)/femme (est. 1998)

Taux de mortalité infantile: 57,09 décès/1 000 naissances vivantes (est. 1998)

L'espérance de vie à la naissance:
population totale: 58,06 ans
Masculin: 57,18 ans
femelle: 58,98 ans (est. 1998)

Taux de fécondité total: 4,26 enfants nés/femme (est. 1998)

Nationalité:
nom: Papouasie-Nouvelle-Guinée(s)
adjectif: Papouasie-Nouvelle-Guinée

Groupes ethniques: Mélanésien, Papou, Negrito, Micronésien, Polynésien

Religions : Catholique romain 22%, luthérien 16%, presbytérien/méthodiste/London Missionary Society 8%, anglican 5%, alliance évangélique 4%, adventiste du septième jour 1%, autres sectes protestantes 10%, croyances indigènes 34%

Langues : Anglais parlé par 1%-2%, pidgin English répandu, Motu parlé dans la région de Papouasie
Remarque: 715 langues indigènes

L'alphabétisation:
définition: 15 ans et plus savent lire et écrire
population totale: 72.2%
Masculin: 81%
femelle: 62,7% (estimation 1995)

Nom du pays:
forme conventionnelle longue : État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée
forme conventionnelle courte : Papouasie Nouvelle Guinée
abréviation: PNG

Type de gouvernement : démocratie parlementaire

Capitale nationale: Port Moresby

Divisions administratives: 20 provinces Bougainville, Central, Chimbu, Eastern Highlands, East New Britain, East Sepik, Enga, Gulf, Madang, Manus, Milne Bay, Morobe, National Capital, New Ireland, Northern, Sandaun, Southern Highlands, Western, Western Highlands, West Nouvelle-Bretagne

Indépendance: 16 septembre 1975 (de la tutelle de l'ONU administrée par l'Australie)

Fête nationale: Fête de l'indépendance, 16 septembre (1975)

Constitution: 16 septembre 1975

Système légal: basé sur la common law anglaise

suffrage : 18 ans universel

Branche exécutive:
chef d'état: Reine ELIZABETH II du Royaume-Uni (depuis le 6 février 1952), représentée par le Gouverneur Général Silas ATOPARE (depuis le 13 novembre 1997)
chef du gouvernement: Premier ministre Bill SKATE (depuis le 22 juillet 1997) Vice-Premier ministre Michael NALI (depuis le 16 décembre 1997) note&# 151NALI remplace le vice-premier ministre Chris HAIVETA (depuis le 7 septembre 1994) que le Premier ministre SKATE a limogé le 12 décembre 1997 pour son rôle présumé dans essayer de discréditer SKATE
cabinet: Conseil exécutif national nommé par le gouverneur général sur recommandation du premier ministre
élections: aucun la reine est un monarque héréditaire gouverneur général nommé par le Conseil exécutif national premier ministre et vice-premier ministre nommés par le gouverneur général pour un maximum de cinq ans sur la base du soutien de la majorité au Parlement national

Branche législative : Parlement national monocaméral, parfois appelé Chambre d'assemblée (109 sièges élus parmi les électorats ouverts et 20 parmi les électorats provinciaux, membres élus par le vote populaire pour des mandats de cinq ans)
élections: dernière tenue 14-28 juin 1997 (prochaine date NA juin 2002)
Résultats des élections: pourcentage des votes par parti—PPP 15%, Pangu Pati 14%, NA 14%, PDM 8%, PNC 6%, PAP 5%, UP 3%, NP 1%, PUP 1%, indépendants 33% sièges par parti&# 151PPP 16, Pangu Pati 15, NA 15, PDM 9, PNC 7, PAP 5, UP 3, NP 1, PUP 1, indépendants 37 note&# 151l'association avec les partis politiques est très fluide

Branche judiciaire: Cour suprême, le juge en chef est nommé par le gouverneur général sur proposition du Conseil exécutif national après consultation du ministre chargé de la justice, les autres juges sont nommés par la Commission des services judiciaires et juridiques

Partis politiques et dirigeants : Bougainville Unity Alliance (BUA), Samuel AKOITAI People's Progress Party (PPP), Michael NALI Papouasie-Nouvelle-Guinée United Party (Pangu Pati), Chris HAIVETA National Alliance (NA), Michael SOMARE People's Democratic Movement (PDM), Iario LASARO People's Action Party (PAP), Ted DIRO United Party (UP), Rimbiuk PATO National Party (NP), Paul PORA People's Unity Party (PUP), Alfred KAIABE Melanesian Alliance (MA), Fr. John MOMIS Mouvement pour une plus grande autonomie, Stephen POKAWIN Parti chrétien-démocrate, Dilu GOMA Papouasie-Nouvelle-Guinée First Party (y compris le Congrès national du peuple ou PNC, Bill SKATE et Christian Country Party, Avusi TANO) leader NA People's Resources Awareness Party, leader NA Parti libéral , Rabbie SAMAI People's Solidarity Party, Kala SWOKIM Melanesian Labour Party, Paul MONDIA Black Action Party, Paul WANJIK League for National Advancement (LNA), leader NA United Resource Party, Masket IANGALIO Hausman Party, Waim TOKAM Milne Bay Party, Simon MUMURIK

Participation d'organisations internationales : ACP, APEC, BAsD, ASEAN (observateur), C, CP, CESAP, FAO, G-77, BIRD, OACI, CISL, ICRM, IDA, FIDA, IFC, IFRCS, OHI, OIT, FMI, OMI, Intelsat, Interpol , COI, ISO (correspondant), UIT, NAM, Sparteca, SPC, SPF, ONU, CNUCED, UNESCO, ONUDI, UPU, FSM, OMS, OMM, WTrO

Représentation diplomatique aux USA :
chef de mission : Ambassadeur Nagora Y. BOGAN
chancellerie : 3e étage, 1615 New Hampshire Avenue NW, Washington, DC 20009
Téléphone: [1] (202) 745-3680
FAX: [1] (202) 745-3679

Représentation diplomatique des États-Unis :
chef de mission : Ambassadrice Arma Jane KARAER
ambassade: Rue Douglas, Port Moresby
Adresse postale: Boîte postale 1492, Port Moresby
Téléphone: [675] 321-1455
FAX: [675] 321-3423

Description du drapeau : divisé en diagonale à partir du coin supérieur du côté mât le triangle supérieur est rouge avec un oiseau de paradis jaune planant au centre le triangle inférieur est noir avec cinq étoiles blanches à cinq branches de la constellation de la Croix du Sud au centre

Aperçu de l'économie : La Papouasie-Nouvelle-Guinée est richement dotée en ressources naturelles, mais l'exploitation a été entravée par le terrain accidenté et le coût élevé du développement d'une infrastructure. L'agriculture fournit un moyen de subsistance à la majeure partie de la population. Les gisements minéraux, dont le pétrole, le cuivre et l'or, représentent 72 % des recettes d'exportation. Le soutien budgétaire de l'Australie et l'aide au développement sous les auspices de la Banque mondiale ont contribué à soutenir l'économie. En 1995, Port Moresby a conclu un accord avec le FMI et la Banque mondiale sur un programme d'ajustement structurel, dont la première phase a été achevée avec succès en 1996. Les sécheresses causées par le régime climatique El Niño ont fait des ravages dans le café, le cacao et la noix de coco de Papouasie-Nouvelle-Guinée. la production, les piliers de l'économie agricole et les principales sources de recettes d'exportation. La récolte de café a été réduite jusqu'à 50 % en 1997. De plus, les sécheresses pourraient miner la croissance en 1998.

PIB : parité de pouvoir d'achat : 11,6 milliards $ (est. 1996)

PIB&# 151taux de croissance réel : 2,3% (estimation 1996)

PIB—par habitant : parité de pouvoir d'achat—$2,650 (1996 est.)

Composition du PIB par secteur :
agriculture: 26.4%
industrie: 41%
prestations de service: 32,6 % (estimation 1996)

Taux d'inflation et indice des prix à la consommation : 11.6% (1996)

Force de travail:
le total: 1.941 millions
par profession : agriculture 64% (estimation 1993)

Taux de chômage: N / A%

Budget:
revenus : 1,5 milliard de dollars
dépenses : 1,35 milliard de dollars, y compris les dépenses en capital de $NA (est. 1997)

Les industries: broyage du coprah, transformation de l'huile de palme, production de contreplaqué, production de copeaux de bois exploitation minière d'or, d'argent et de cuivre production de pétrole brut construction, tourisme

Taux de croissance de la production industrielle : N / A%

Électricité/capacité : 490 000 kW (1995)

Production d'électricité : 1,76 milliard de kWh (1995)

Consommation d'électricité par habitant : 410 kWh (1995)

Produits agricoles— : café, cacao, noix de coco, palmistes, thé, caoutchouc, patates douces, fruits, légumes volaille, porc

Exportations:
Valeur totale: 2,5 milliards de dollars (f.a.b., 1996)
marchandises : or, minerai de cuivre, pétrole, bûches, café, huile de palme, cacao, homard
les partenaires: Australie, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, Corée du Sud

Importations:
Valeur totale: 1,7 milliard de dollars (c.a.f., 1996)
marchandises : machines et matériel de transport, produits manufacturés, aliments, carburants, produits chimiques
les partenaires: Australie, États-Unis, Singapour, Japon, Royaume-Uni

Dette—externe : 3,2 milliards de dollars (1995)

Aide économique :
destinataire: APD, 291 millions de dollars (1993) 240 millions de dollars d'aide bilatérale de l'Australie (FY96/97 est.) 4,1 millions de dollars d'APD de la NZ (FY95/96)

Monnaie: 1 kina (K) = 100 toea

Taux d'échange: kina (K) par US$1צ.6299 (novembre 1997), 0.7588 (1996), 0.7835 (1995), 0.9950 (1994), 1.0221 (1993) notez que le gouvernement a lancé le kina le 10 octobre 1994

Exercice fiscal: année civile

Téléphones : 63 212 (est. 1986)

Système téléphonique : les services sont adéquats et en cours d'amélioration les installations fournissent des services de radiotéléphonie et de télégraphie, de radio côtière, de radio aéronautique et de radiocommunication internationale
national: principalement radiotéléphone
international: câbles sous-marins vers l'Australie et la station terrienne par satellite de Guamק Intelsat (océan Pacifique) service international de radiocommunication

Stations de radio : AM 31, FM 2, ondes courtes 0

Radios : 298 000 (est. 1992)

Stations de télédiffusion : 1

Télévisions : 10 000 (est. 1992)

Autoroutes :
le total: 19 600 km
pavé: 686 km
non pavé: 18 914 km (est. 1996)

Ports et havres : Kieta, Lae, Madang, Port Moresby, Rabaul

Marine marchande :
le total: 17 navires (1 000 TJB ou plus) totalisant 32 859 TJB/45 270 TPL
navires par type : vrac 2, cargaison 4, chimiquier 1, combinaison minerai/pétrole 5, conteneur 1, pétrolier 2, roll-on/roll-off 2 (est. 1997)

Aéroports : 495 (1997 est.)

Aéroports—avec pistes pavées :
le total: 19
2 438 à 3 047 m : 1
1 524 à 2 437 m : 13
914 à 1 523 m : 4
moins de 914 m : 1 (est. 1997)

Aéroports—avec des pistes non pavées :
le total: 476
1 524 à 2 437 m : 13
914 à 1 523 m : 59
moins de 914 m : 404 (est. 1997)

Héliports : 2 (est. 1997)

Branches militaires : Force de défense de Papouasie-Nouvelle-Guinée (comprend les forces terrestres, navales et aériennes et l'unité des forces spéciales)

Disponibilité de la main-d'œuvre militaire :
hommes âgés de 15 à 49 ans : 1 206 458 (est. 1998)

Effectifs militaires & 151 aptes au service militaire :
mâles: 670 510 (est. 1998)

Dépenses militaires/chiffre en dollars : 63 millions de dollars (1997) note&# 151 comprend 12 millions de dollars pour couvrir les dépenses restantes de 1996


Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée - Histoire

TUMBY BAY - Au cours des années qui ont conduit à l'autonomie et à l'indépendance de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, une série d'options ont été discutées concernant son futur statut politique.

L'un des moins discutés concernait le fait que la Papouasie devienne le septième État d'Australie.

Et jusqu'à ce qu'elle soit révélée récemment, il semblait que personne n'avait pris cette proposition au sérieux.

Bien qu'en 1966, les gouvernements Menzies et Holt aient effectivement démantelé la politique de l'Australie blanche, elle restait encore dans l'esprit des gens, même après que le gouvernement Whitlam a adopté la loi. Loi sur la discrimination raciale in 1975.

Le racisme persistant qui a continué d'imprégner la pensée du peuple australien malgré les modifications apportées à la loi a pratiquement assuré qu'il n'y avait aucun moyen pour l'Australie d'accepter un nouvel État peuplé de Papous.

Cela m'a donc surpris lorsque j'ai appris récemment que la possibilité d'un État papou a exercé l'esprit des politiciens et des bureaucrates en Australie dans la période précédant l'autonomie gouvernementale de la PNG.

Dans un document confidentiel diffusé depuis Canberra en 1971, il a été noté que « Certains membres expatriés représentant l'électorat de Papouasie (par exemple, Counsel [VB (Bert) Counsel, MHA for Gulf Regional]), semblent avoir une croyance naïve que la Papouasie pourrait devenir le septième État d'Australie ou qu'il a droit d'une manière ou d'une autre à quelque chose de spécial en raison du statut juridique de son peuple en tant que citoyen australien ».

Cela a été révélé dans un livre récent, « Australia and Papua New Guinea: The Transition to Self-Government 1970-1972 », édité par Bruce Hunt et Stephen Henningham que j'ai récemment revu pour Attitude PNG.

Dans les médias et ailleurs, il avait été suggéré que si la Papouasie devenait un État australien, il serait naturel que la Nouvelle-Guinée suive.

Il est intéressant de spéculer non seulement sur ce qui aurait pu se passer si l'indépendance de la PNG avait été retardée d'une autre décennie environ, mais à quoi aurait pu ressembler la PNG en tant que septième État.

Depuis la fin des années 1970, les politiques d'immigration australiennes ont favorisé la diversité, vu le pays se développer en tant que société multiculturelle et devenir l'une des principales « nations d'immigration » du monde.

Tous les problèmes qui se sont développés en Papouasie-Nouvelle-Guinée, tels que l'effondrement de l'ordre public, la corruption politique, l'érosion des infrastructures et des services éducatifs et de santé inadéquats, existeraient-ils s'il s'agissait d'un État australien ?

Si la réponse à cette question est un non qualifié, les Papouasies-Nouvelle-Guinée auraient-elles été heureuses de faire partie de l'Australie - ou un tel objectif aurait-il conduit à de forts mouvements de séparation ?

Ce n'est que spéculation bien sûr, mais la façon dont les Papouasie-Nouvelle-Guinée vivant en Australie semblent s'être parfaitement intégrés à la société australienne, à l'instar d'autres groupes ethniques, suggère qu'il pourrait y avoir eu un certain mérite dans ce qui était autrefois considéré comme une suggestion naïve.

Et comme ces autres groupes, l'Australie n'aurait-elle pas été enrichie par la présence mélanésienne dans notre société ?

Si c'était une opportunité perdue, y a-t-il quelque chose de rachetable de l'idée ?

Une relation de frontières ouvertes et de libre passage, comme celle qui existe entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande, serait-elle envisageable ?

Commentaires

Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux de commentaires pour cet article.

Comme Port Moresby est un endroit terrible pour vivre Corney, ce qui est beaucoup de merde.

Publié par : Philip Fitzpatrick | 22 juin 2021 à 09:39

La Papouasie-Nouvelle-Guinée n'a aucun regret d'être devenue un pays indépendant.

Il existe de volumineux indicateurs non écrits et non dits qui confèrent à ses habitants une dignité et un statut d'humanité non corrompue par rapport aux indicateurs dits de développement que les personnalités des commentateurs lisent souvent pour argent comptant.

Tu as oublié quelque chose Chris :

Sixièmement, les Kumuls seraient une force dominante dans le rugby australien.

Nous aurions peut-être également dû modifier légèrement le nom de l'Australie en Austroneasia.

Publié par : Philip Fitzpatrick | 21 juin 2021 à 16:23

Phil, je suis d'accord avec toi pour dire que la PNG aurait dû devenir un état d'Australie.

Si cela avait été le cas, plusieurs choses prévisibles se seraient produites.

Premièrement, il y aurait eu un afflux constant de migrants d'Australie continentale, attirés par les opportunités presque illimitées dans des domaines tels que l'agriculture, l'exploitation minière, l'énergie, le tourisme, etc.

Avec ce flux de migrants seraient venus les capitaux nécessaires pour faire du développement à grande échelle de la PNG une proposition réaliste.

Deuxièmement, il y aurait eu une explosion du nombre et du niveau des services publics requis pour répondre aux besoins de la population continentale en rapide augmentation, ainsi que de la population indigène.

Des hôpitaux, des écoles, des postes de police, etc. seraient apparus dans tout le pays alors que le gouvernement fédéral s'engageait dans un plan à long terme pour améliorer les services afin de répondre aux normes australiennes.

Troisièmement, le flux de Papouasie-Nouvelle-Guinée en Australie aurait augmenté assez rapidement, d'abord parmi l'élite instruite qui chercherait un emploi sur le continent et, plus tard, parmi les moins instruits qui trouveraient du travail dans des domaines peu qualifiés dédaignés par de nombreux continentaux.

Quatrièmement, le gouvernement nouvellement installé de l'État de Papouasie-Nouvelle-Guinée aurait rapidement commencé à se rendre compte qu'il avait une influence potentiellement sérieuse dans la Fédération, en raison de sa capacité à envoyer un nombre important de personnes à Canberra via des élections nationales.

Cinquièmement, le nouvel État serait reconnu comme une puissance économique émergente, le monde des affaires faisant très rapidement pression sur les gouvernements nationaux et étatiques pour qu'ils créent le cadre législatif et les infrastructures publiques (routes, ponts, aéroports, etc.) pour permettre que cela se produise. .

Le nouvel État serait rapidement devenu le plus dynamique et le plus attractif du Commonwealth.

Bien sûr, il y aurait toujours eu des problèmes concernant les ventes de terres, les tensions tribales et raciales et l'ordre public en général, mais ceux-ci auraient pu être gérés efficacement par une combinaison d'anciens officiers coloniaux expérimentés, les dirigeants bureaucratiques et politiques émergents de PNG et, en particulier , un RPNGC beaucoup plus discipliné et bien entraîné.

Le coût économique pour l'Australie continentale aurait été énorme mais, comme l'Allemagne de l'Ouest l'a montré lorsqu'elle a réabsorbé l'Allemagne de l'Est à la fin de la guerre froide, cela sera finalement plus que compensé par les gains.

L'Australie aurait, en effet, eu certains avantages sur l'Allemagne de l'Ouest. Par exemple, la monnaie australienne était déjà utilisée en PNG, il existait un système bancaire australien bien établi, de nombreux Papouasie-Nouvelle-Guinée parlaient couramment anglais, l'administration fonctionnait déjà comme un gouvernement quasi-étatique et les dispositions constitutionnelles auraient facilement pu être reconfigurées pour s'adapter à le modèle de la fédération australienne.

À bien des égards, 1975 a été un moment de « portes coulissantes » pour la PNG et je pense que les deux pays ont raté une occasion en or de faire quelque chose de remarquable, au détriment des deux.

Mon fantasme pourrait-il encore devenir réalité ? Bien sûr que cela pourrait, mais il faudrait un niveau de prévoyance et de détermination qui est totalement absent dans les deux pays pour le moment.

L'histoire montre que les dirigeants capables d'imaginer l'impossible et de le réaliser sont extrêmement rares dans la vie publique. Charlemagne, Napoléon Bonaparte, les pères fondateurs américains, Vladimir Illich Lénine, Helmut Kohl et quelques autres viennent à l'esprit.

Peut-être le moment viendra-t-il encore où l'histoire fera naître un grand champion, disons, d'une République fédérée d'Océanie ? Qui sait. Des choses plus étranges se sont produites.


Papuaniugini - État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Fond:
La moitié orientale de l'île de Nouvelle-Guinée - deuxième plus grande au monde - a été divisée entre l'Allemagne (nord) et le Royaume-Uni (sud) en 1885. Cette dernière zone a été transférée à l'Australie en 1902, qui occupait la partie nord pendant la guerre mondiale I et a continué à administrer les zones combinées jusqu'à l'indépendance en 1975. Une révolte sécessionniste de neuf ans sur l'île de Bougainville a pris fin en 1997, après avoir fait quelque 20 000 morts.

Temps:
Heure locale = UTC +10h
Temps réel : Mar-22 juin 18:54

Capitale: Port Moresby (350 000 habitants)

Autres villes: Lae (78 000), Mt. Hagen (28 000).


Gouvernement:
Type : Monarchie constitutionnelle avec démocratie parlementaire.
Indépendance : 16 septembre 1975 (de la tutelle de l'ONU administrée par l'Australie)
Constitution : 16 septembre 1975.

Géographie:
Localisation : Océanie, Groupe d'îles comprenant la moitié orientale de l'île de Nouvelle-Guinée entre la mer de Corail et l'océan Pacifique Sud, à l'est de l'Indonésie.
Superficie : 462 840 km² (178 703 milles carrés)
Terrain : Principalement des montagnes avec des plaines côtières et des contreforts vallonnés. La majorité de la population vit dans des vallées fertiles des hautes terres qui étaient inconnues du monde extérieur jusque dans les années 1930, mais qui soutenaient l'agriculture il y a environ 10 000 ans, peut-être avant que l'agriculture ne se développe ailleurs.
Point culminant : Mont Wilhelm 4 509 m

Climat: Tropical. Mousson de NW, déc.-mars. Mousson SE, mai-oct.

Personnes:
Nationalité : Papouasie-Nouvelle-Guinée(s)
Population : 7,2 millions (2012)
Groupes ethniques : Mélanésien, Papou, Négrito, Micronésien, Polynésien
Religions : Chrétiens 66%, croyances indigènes 34%
Langues : Trois langues officielles : Anglais, Tok Pisin et Motu. Il existe environ 860 autres langues.
Alphabétisation - population totale : 55-60 %

Ressources naturelles: Or, cuivre, argent, gaz naturel, bois, pétrole, pêche.

Produits agricoles : Café, cacao, coprah, palmistes, thé, sucre, caoutchouc, patates douces, fruits, légumes, crustacés à la vanille, volaille, porc.

Les industries: Broyage du coprah, transformation de l'huile de palme, production de contreplaqué, production de copeaux de bois, exploitation minière d'or, d'argent et de cuivre, production de pétrole brut, raffinage du pétrole, construction, tourisme.

Exportations - produits : pétrole, or, minerai de cuivre, bûches, huile de palme, café, cacao, écrevisses, crevettes

Partenaires export : Japon 17,4 %, Australie 15,9 %, Chine 12,1 % (2015)

Importations - produits : machines et matériel de transport, produits manufacturés, aliments, carburants, produits chimiques

Partenaires des importations : Australie 25,9 %, Chine 20 %, Singapour 12,6 %, Malaisie 7,2 %, États-Unis 4,2 %, Indonésie 4,1 %, Corée du Sud 4 % (2015)

Système politique
L'État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée est une monarchie constitutionnelle et un royaume du Commonwealth doté d'une démocratie parlementaire.
Le chef de l'État est le monarque du Royaume-Uni, représenté par un gouverneur général nommé par le parlement. Le chef du gouvernement est le premier ministre. Le Premier ministre est nommé et révoqué par le gouverneur général sur proposition du parlement.
Il existe trois niveaux de gouvernement - national, provincial et local. Son Parlement national est une législature monocamérale élue pour un mandat de cinq ans, mais elle se caractérise par des partis politiques faibles et des coalitions parlementaires très instables. Le système judiciaire est basé sur le modèle britannique, avec un réseau de tribunaux de district.

Sites officiels de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Remarque : les liens externes s'ouvriront dans une nouvelle fenêtre de navigateur.

Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le point d'entrée officiel du gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Organisations intergouvernementales
Forum des îles du Pacifique
Organisation intergouvernementale pour la coopération entre les pays de l'océan Pacifique.
Secrétariat de la Communauté du Pacifique (CPS)
Organisation intergouvernementale des îles du Pacifique.

Carte de Papouasie-Nouvelle-Guinée
Carte politique de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Google Earth Papouasie-Nouvelle-Guinée
Carte consultable et vue satellite de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Google Earth Port Moresby
Carte consultable et vue satellite de la capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Carte de la Mélanésie
Carte des États insulaires de Mélanésie.
Carte de l'Océanie et des îles du Pacifique
Carte de référence de l'Australie et du Pacifique.

Le National
Quotidien de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Le post-courrier
Nouvelles nationales, Port Moresby.

la télé
HiTRON
Un diffuseur privé de télévision par satellite/câble.

Sources d'information internationales
Profil de pays de BBC News : Papouasie-Nouvelle-Guinée
Avec des liens vers des actualités et des informations contextuelles liées à PNG.

Arts et culture

Archives musicales pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée
Informations sur les usages de la musique traditionnelle PNG dans les rituels.

Affaires et économie

Une grande partie de la population de Papouasie-Nouvelle-Guinée dépend de l'agriculture de subsistance. Le pays a une économie mixte dans laquelle l'absence d'une économie de marché a entraîné des monopoles d'État dans certains secteurs de l'économie.
La Papouasie-Nouvelle-Guinée repose sur de vastes réserves inexploitées de près de 155 milliards de mètres cubes de gaz naturel, offrant une énorme opportunité d'exportation pour le pays, son projet de gaz naturel liquéfié (GNL) est le plus grand projet d'extraction de ressources dans la région Asie-Pacifique.


Banque de Papouasie-Nouvelle-Guinée
La banque centrale de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Banque du Pacifique Sud
BSP est la plus grande banque de PNG.

Bourse de Port Moresby
POMSoX est la principale bourse de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Ressources commerciales Papouasie-Nouvelle-Guinée
Une base de données consultable d'entreprises classées par catégories de services

__ Transport
Le transport en Papouasie-Nouvelle-Guinée est fortement limité par le relief montagneux du pays. Lae, capitale de la province de Morobe et deuxième ville de Papouasie-Nouvelle-Guinée, est le plus grand port de fret du pays et le centre industriel de la PNG. A Lae se trouve le début de la Highlands Highway, le principal corridor de transport terrestre entre la région des Highlands et la côte.

__Air
Le transport aérien est le moyen de transport le plus important pour les personnes et les marchandises.
Même aujourd'hui, les deux plus grandes villes, Port Moresby et Lae, ne sont directement reliées que par des avions (ou des bateaux).

Compagnie aérienne
Air Niugini
La compagnie aérienne nationale de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Informations aux consommateurs sur les voyages et les circuits

Destination Papouasie-Nouvelle-Guinée - Guides de voyage et touristiques

Découvrez la Papouasie-Nouvelle-Guinée : Alotau, Finschhafen, Madang, Port Moresby, Sepik River (le plus long fleuve), Mount Wilhelm (la plus haute montagne) Tavurvur (stratovolcan actif sur la Nouvelle-Bretagne) Trobriand Islands, Tufi, Kokoda Trail.

Autorité de promotion du tourisme de Papouasie-Nouvelle-Guinée
Site officiel du tourisme et guide de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.


Papouasie-Nouvelle-Guinée en ligne
Premier site de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) qui a été développé et est entretenu par des Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Éducation

Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée
Université publique sous-financée avec deux campus principaux à Port Moresby. Campus principal de Waigani et faculté de médecine de Taurama.

Environnement & Nature

Problèmes d'environnement :
Forêt tropicale sujette à la déforestation en raison de la demande commerciale croissante de bois tropical pollué par les projets miniers grave sécheresse.

Histoire

Papouasie-Nouvelle-Guinée : Histoire
Histoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée - par le Commonwealth.


À propos de la galerie publique

Notre Parlement a une grande galerie publique (beaucoup plus grande que de nombreux Parlements). La plupart des jours pendant les sessions du Parlement, la galerie publique est pleine et des groupes d'écoliers, des groupes de femmes et des citoyens ordinaires sont intéressés à regarder les procédures et les débats dans les chambres.

Directement en face du Speaker&rsquos Chair se trouve la Speaker&rsquos Gallery pour ses invités, les membres du corps diplomatique et les dignitaires étrangers. Une autre petite section de la galerie publique est réservée aux médias, mais la plupart des espaces sont destinés au grand public. Lorsque le public entre dans la galerie, il doit d'abord faire face au fauteuil du Président et s'incliner devant le fauteuil en signe de respect pour l'autorité du Parlement.

Le Règlement du Parlement national n'inclut pas spécifiquement les règles de comportement pour les personnes dans la Galerie. Cependant, le public ne doit participer en aucune façon à ce qui se passe sur le Parterre dans les Chambres. Ils doivent rester silencieux et ne peuvent ni applaudir ni intervenir. If people do not respect these unwritten rules, the Parliamentary staff will remove them from the public gallery.


Facts About the State of Education in Papua New Guinea

In 2012, Papua New Guinea’s Prime Minister Peter O’Neill introduced the Tuition Fee-Free (TFF) policy aimed at eliminating tuition for elementary to grade 12. The policy which put into action the government’s Universal Basic Education Plan 2010-2019, is PNG’s fourth and longest-lasting attempt to provide free education in Papua New Guinea.

According to 2012 statistics, an estimated two million youths and adults, which accounts for about one-third of the population were out of school and unemployed. According to PNG’s education minister, an estimated 10 percent of school-aged children do not even get a chance to enroll and 50 percent of those who do drop out of school before reaching the sixth grade. The country’s net enrollment rate of 63 percent is the lowest in the Asia-Pacific region.

While PNG’s Universal Primary Education started as a British Colonial policy, access to primary schools was expanded under the Australian administration. However, the policy favored only a select few students and those selected were males. It was not until 1981, six years after independence, that PNG started its TFF policy to attract more attention. The program was met with a lot of resistance from the newly formed provinces who considered it an act of the government taking over their newly granted authority.

After four failed attempts at providing free education in Papua New Guinea, many believe that the policy is a part of the government’s political agenda to get re-elected. The policy is aimed at pleasing parents and persuading the public that the policy is the solution to easing parent’s burden in paying school fees. However, in a country, which ranks 136 out of 165 in corruption, it is not a surprise that huge amounts of funding meant for education went into the wrong hands resulting in ghost schools, ghost teachers and ghost management. Many schools are still forced to charge fees as the government fails to send its checks on time.

Hasty and, in most cases, a complete lack of implementation has been considered some of the reasons for the policy’s failure. Though government funding is mostly focused on fee elimination, it does little to eliminate the problem of classroom sizes. In many schools, students have been sent home due to lack of space. Infrastructure is another issue. Most schools have poor infrastructure with no plans in place for upgrading them to allow for more student intake.

However, all is not lost. UNICEF’s education programs are providing the much-needed support to improve education in Papua New Guinea. In collaboration with the government, UNICEF is building a case for girl’s education by reviving the Accelerating Girl’s Education Steering Committee and working with schools to promote a healthy environment for students. UNICEF is also working with the Department of Education to ensure that Early Childhood Care and Development (ECCD) is appropriately addressed. UNICEF is partnering with various government departments to develop early childhood development indicators and curricula for pre-schools and Elementary teacher training colleges, a revision of ECCD Policy and ensure engagement with civil society partners.

UNICEF is also working with the Department of Education to ensure that Early Childhood Care and Development (ECCD) is appropriately addressed. UNICEF is partnering with various government departments to develop early childhood development indicators and curricula for pre-schools and Elementary teacher training colleges, a revision of ECCD Policy and ensure engagement with civil society partners.

With Papua New Guinea currently in the midst of its election season, it is now up to the people to elect a government that will provide access and quality education of which the country is in dire need.


Issues for the Special Interest Group?

Records and archives functions in Papua New Guinea present a very traditional aspect, and the above improvements have to be looked in the light of very significant problems. The human archive and its stores of indigenous knowledge is very much a peripheral issue, which it should not be in Papua New Guinea. With the current seminar looking at the way records and archives functions belong in a modern information infrastructure, it may be topical to think of ways that infrastructure can accommodate places such as Papua New Guinea.


Underlying Themes

The examples of Ok Tedi, Panguna, Porgera and Lihir demonstrate that PNG has a troubled history of mining developments. In all cases, the government has acted in a way that puts the interests of the foreign multinational corporation and their own economic gain over that of local social and environmental impacts, which are classic features of a capitalist regime (Schultz, 2014). In some instances, the government has colluded with mining companies to perpetrate violence against aggrieved local landowners, such as in Porgera and Panguna. The repetition of these events and the problems that these cases demonstrate, shows that there has been little active effort to change the way such developments are handled. A good example of this is the Prime Minister’s discussions around re-opening the Panguna mine, which ignores the history and devastation that was caused by the project. The Autonomous Bougainville Government (ABG) led by John Momis, publicly supports this move, but the attitudes of local landowning groups are divided and contentious.


Voir la vidéo: Papouasie - Nouvelle-Guinée - Korowai, les hommes libres - Papua Barat